Comment BIEN SKIER dans la POUDREUSE : 5 conseils techniques analysés et commentés

Comment BIEN SKIER dans la POUDREUSE : 5 conseils techniques analysés et commentés


Salut à tous, Morgan du Labo du Skieur. Donc, 5 gestes techniques, 5 conseils techniques
pour bien skier en poudreuse. Je vous explique tout ça dans cette vidéo. Commentez, donc je suis derrière mon ordinateur
et je commente des descentes en poudreuse de deux cas de figures possibles, enfin il
y en a plusieurs mais là, c’est deux cas de figure donc sur piste. Il a neigé sur piste et il a neigé dans
la forêt, donc il n’y a pas de fond damé, il n’y a rien du tout comme ça. Donc on va parler de recentrage d’équilibre,
de qu’est-ce qu’on fait avec les pieds, comment on utilise les bâtons et je vous
explique tout ça avec des détails et quelques annotations. Donc, à tout de suite !
C’est parti donc première piste, première descente dans la poudreuse donc c’est une
piste rouge, il est tombé à peu près 20 à 40cm sur certains endroits. Ce qu’on voit bien ici, c’est l’un des
gestes technique important, c’est la levée du pied qui va devenir le pied intérieur
donc le pied droit. Puisque là, je m’apprête à faire un virage
à droite, donc ce qui est très important, c’est cette levée de pied. Pourquoi ? Parce que le fait d’alléger
le pied indique au corps qu’il n’a pas d’autres solutions que de venir s’équilibrer
sur l’autre pied et donc d’initier un mouvement latéral vers le pied gauche pour
se garder à l’équilibre. Et ce petit mouvement-là nous permet d’avoir
un bon équilibre latéral. Donc le fait d’alléger le pied nous oblige
à venir sur l’autre pied. Et c’est très important en poudreuse parce
qu’on a besoin de passer d’un équilibre sur un pied à un autre, de se décaler latéralement,
assez rapidement et non pas de se laisser enfoncer au fond de la neige. Donc là, on va en voir le résultat. Voilà, donc ce pied s’allège, j’en profite
pour parler de deux choses en même temps donc, le pied s’allège et on va le basculer. Donc là, ça, c’est mon pied droit, ça
c’est mon pied gauche. Donc, on va l’alléger par le talon et on
va le basculer comme ça par un mouvement de la cheville, le mouvement d’inversion
de la cheville. Alors j’insiste bien, c’est la cheville
et non pas le genou parce que si on ne se focalisait que sur le genou intérieur, il
y aurait trois conséquences. La première, ce serait, essayez de le faire,
ce serait de nous faire un peu pivoter le pied. Le deuxième, ce serait qu’on pourrait déplacer
le genou en gardant le ski à plat, donc ce n’est pas du tout ce qu’on cherche puisqu’on
veut travailler les deux en même temps. Et la troisième, en fait, serait de nous
garder la projection du centre de gravité du poids du corps trop sur l’intérieur
et donc de ne pas venir assez, faire travailler le ski extérieur qui va vraiment nous aider
à faire le virage dans la neige ou du moins, qui va nous permettre de rester là où il
faut sur le ski pour que le ski travaille bien en notre faveur et que la neige s’accumule
bien et que l’on puisse faire un virage sans effort. Donc là on continue, donc on voit bien, alors
on le voit bien, moi je le vois bien mais voilà, c’est vraiment l’intention que
j’ai à ce moment-là. Donc, les pieds se rapprochent aussi, encore
un point, encore un geste technique important surtout en poudreuse. Là, on voit bien les pieds se rapprocher,
les pieds travaillent de manière simultanée et au même niveau. Donc on voit bien ici qu’ils sont tous les
deux au même niveau et qu’ils ont travaillé de manière simultanée. Hop, voilà. Donc là, il n’y a pas du tout de poids
sur le pied droit, le pied intérieur et on voit le pied gauche qui commence, le ski gauche
qui commence à travailler. Voilà. Le ski droit, il est un petit peu plus avancé. Voilà. Donc là, j’attends, donc je résiste. Encore un autre point, un geste technique,
donc résister avec la jambe et non pas pousser sur la jambe, pousser la neige puisque ça
va déplacer le centre de gravité, ce n’est pas du tout ce qu’on veut mais résister,
être patient, attendre que les choses se passent. Et à partir de ce moment-là, la neige s’accumule,
on fait une petite bosse pour sortir de notre virage. Donc, c’est ce qu’on va voir là, hop,
les skis, le ski gauche, vous voyez qui remonte. Voilà, donc là, il se passe un phénomène,
c’est intéressant, c’est que comme on se déplace vers le bas et que les skis accélèrent
en même temps qui tournent, on a les skis qui, on a l’impression que les skis passent
devant. Donc, ils vont plus vite que nous. Donc notre centre de gravité va rester ici
et les skis vont aller devant. Donc c’est pour ça que j’arrive sur encore
un autre geste technique qui va nous obliger à nous recentrer, donc à nous recentrer
par rapport à cette position-là. Alors, comment on fait ça ? En fléchissant
les chevilles. Comment on fléchit les chevilles ? Comme
je l’explique dans l’article, ça ne va pas être en déplaçant le corps vers l’avant
pour fléchir les chevilles mais en reculant les pieds. Donc, ça s’appellera le “reculé de pieds”
qui va permettre de nous recentrer par le bas beaucoup plus rapidement. Voilà alors, donc là, sur cette partie vue
de face, on voit bien les choses dont je vous ai parlé juste avant, le levé du pied intérieur. Donc là, je m’apprête à faire un virage
à gauche, donc le pied gauche qui se lève. Le pied droit maintenant commence à rentrer
en action, donc il s’allège et il bascule vers l’intérieur du virage. Voilà, alors, on voit bien qu’il est sorti
de la neige pour se basculer et qui commence à se rapprocher de l’autre. Voilà, là il se rapproche bien. Donc là, le phénomène, il est simple, c’est
qu’on a les pieds qui sont côte à côte. Donc, on a une plate-forme sous le ski qui
est beaucoup plus importante sous les skis au contact de la neige. Donc, ça va limiter le fait qu’on s’enfonce
puisque la surface d’appui est plus large. Voilà la raison pour laquelle je fais ça. Donc là, on le revoit aussi très bien, hop. Donc là, je m’en rappelle bien, je me suis
fait attraper un peu les pieds au fond la neige. Donc j’active tout le mécanisme beaucoup
plus tôt ou je viens alléger fortement mon pied gauche pour être sûr de revenir sur
mon pied droit. Voilà. Donc là, mon corps est en train de se déplacer
latéralement et hop, je rapproche mon pied de l’autre ski. Voilà, les pieds sont à côté, ils sont
au même niveau. Et on repart, c’est reparti. Mes pieds reculent ! alors là, on voit bien
le reculé de pieds. Voilà. Là, les skis sont partis devant, le virage
a été très rapide. Donc là, le seul moyen de se recentrer, c’est
de reculer les pieds. Là, on voit bien les pieds qui se reculent. L’angle ici formé est grand. Donc là, j’ai eu un gros déséquilibre. Et là, hop, pour me recentrer, je ne vais
pas déplacer tout mon corps vers l’avant mais je vais reculer mes pieds. Hop, et là, on voit mes pieds qui reculent
et il y a ce phénomène de recentrage. Et ensuite, les deux pieds viennent tâtonner
la neige en même temps. Donc, ce n’est pas comme un appui, c’est
vraiment venir tâtonner la neige. Et là, on recommence encore le levé de pied,
la bascule, les deux pieds dans la neige pour ne pas trop s’enfoncer. Et là, on voit bien le mécanisme d’indépendance
des jambes qui opèrent puisque les deux jambes travaillent en même temps mais ils n’ont
pas la même flexion ; il y en a une qui résiste et une qui s’allège. Là, on a bien vu les deux pieds se rapprocher
1. 2, le pied intérieur, donc le pied gauche, qui se bascule pour imprimer une symétrie
des deux pieds. Voilà. Et là, précisément ici, je sens la neige
s’accumuler sous mes pieds et je déclenche le mécanisme d’indépendance de jambe donc,
il va y avoir tout mon poids sur ma jambe droite quasiment et la jambe gauche qui s’allège,
on le voit bien ici, celle-là est plus fléchie que celle-là. Et on continue. Ensuite, là, dès ce moment-là, le pied
droit, donc la jambe droite, est active, elle cherche à se ré-alléger, à se sortir du
fond de la neige et à basculer. On voit bien le genou qui vient de remonter
et qui va continuer. Voilà, on le voit bien continuer de monter
ici. Ça, c’est l’indication de l’allègement
par l’arrière du ski, le talon et de la bascule que les deux jambes travaillent en
même temps. Les pieds qui se rapprochent encore une fois. Et voilà, et ça continue, voilà, on voit
un peu plus facilement le travail dont je vous parlais. Donc là, on est dans une vue, j’ai voulu
faire cette vue parce qu’on voit bien le travail des pieds, donc là le pied gauche
devient intérieur et vous voyez qu’il se lève là, il s’allège, il se lève, il
se bascule et on voit bien que ce ski s’enfonce plus que l’autre, ce qui prouve bien qu’on
a transféré la masse du corps, le poids sur le pied droit par le mécanisme d’allègement. Donc ici, on est dans la neige un petit peu
plus profonde où il n’y a pas de fond. Enfin, quand je dis plus profonde, c’est
qu’il y a 40 cm à peu près, entre 30 et 40cm. Mais il n’y a pas vraiment de fond comme
là où j’étais sur la piste donc on ne peut pas avoir de résistance particulière
comme sur la piste. Donc là, on voit bien aussi ce phénomène
d’allègement donc d’apesanteur créé par le fait de fléchir les genoux et les
chevilles pendant la transition. Donc voilà, là le virage à droite s’initie,
le pied droit travaille, commence à travailler à se basculer, à se relever et s’alléger. Voilà, on le voit bien donc cette flexion
de cheville ici, cet angle-là avec ces genoux, les deux pieds qui sont au même niveau. Et là, l’indépendance de jambes donc,
c’est-à-dire la jambe gauche qui va être plus tendue que la jambe droite. Donc la jambe droite est en train de s’alléger,
de se fléchir. C’est une des clés ça pour le ski en général
particulièrement aussi pour la poudreuse. Là, on va voir les skis qui avancent et on
le voit bien ce mécanisme-là, les skis vont avancer donc la flexion de chevilles s’est
annulée et est venu droite. Donc, c’est à partir de là qu’il va
être très important de se recentrer. Donc, si on doit bouger comme je le disais
tout à l’heure, tout le corps peut passer à l’avant, ça serait beaucoup plus long,
ça demande beaucoup d’énergie, c’est moins efficace et moins simple à exécuter
que de reculer les pieds comme sur la chaise, je le cite dans l’article. Donc on avance image par image. Et là, on commence à voir ici la jambe qui
se fléchit, qui remonte, le pied, il est plus haut que l’autre, le pied sort de la
neige, il commence à se basculer sur le côté gauche. Donc, basculer, ça va être ce phénomène-là
vers l’extérieur donc d’inversion. Et en même temps, on recule les pieds pour
se recentrer. Donc là, on voit bien le phénomène de reculé
des pieds et on voit aussi en même temps l’indépendance des jambes qui commencent
à se mettre en œuvre. D’ailleurs, regardez, parce que ça peut
se faire en même temps, en fonction du besoin, ça vous le ressentirez à force avec la pratique,
et le corps, on va dire, il le fait tout seul. Voilà, là, on sent qu’il va y avoir de
la résistance et vous voyez, ma jambe droite ne va pas se tendre comme pour pousser la
neige, elle va rester telle qu’elle dans cet angle-là pour résister et juste maintenir
le peu de pression nécessaire pour que le ski, avec mon propre poids, puisse faire son
travail et faire le virage. Voilà, donc là, je ne pousse pas, l’angle
reste pareil, on voit bien l’indépendance des deux jambes ici. Donc là, il y avait beaucoup de neige, je
me souviens. Voilà, on voit les skis bien se centrer ici. Et on continue. Voilà, une fois qu’on a senti l’énergie
restituée par la neige, le ski par le matériel, on va ré-enclencher le phénomène d’allègement,
c’est-à-dire on est comme au fond du trampoline, on ne va pas chercher à monter très haut
mais juste hop, fléchir les jambes pour garder les skis au-dessus de la neige et être tout
léger et pouvoir opérer tous les mouvements dont on a besoin. Et là, c’est pareil, on le voit beaucoup
ce geste technique de reculer les pieds. Là, on voit bien que les pieds sont à l’arrière
de mes genoux, donc grâce à ce muscle, l’ischio-jambier ici, ça nous permet de reculer. Donc si vous regardez la vidéo et que vous
êtes assis sur une chaise, vous voyez ce mouvement de reculer les pieds, ça fait travailler
les muscles l’ischio-jambier, c’est le muscle qui est derrière la cuisse. Donc, il est très utilisé là. Et voilà, là, on est en position neutre
entre deux virages. Donc, vous voyez comme mes pieds sont écartés
en fonction de “le pied gauche fléchi, le pied droit tendu”. En fait, les réactions des deux skis ont
fait qu’ils avancent en même temps et ils s’écartent un petit peu. Donc, le travail là, ça va consister à
reculer les pieds, alléger, basculer et les rapprocher pour ne pas étaler son centre
de gravité vers l’intérieur du virage. Donc on va bien le voir ici, vous voyez les
pieds qui se rapprochent en même temps qu’ils sont en arrière, en même temps que cette
jambe reste fléchie alors que l’autre attend de sentir quelque chose. D’ailleurs, on voit le ski commence à s’enfoncer. Et hop, le ski droit est tout léger. Et là, voilà, on résiste, les skis avancent. Voilà. Et là, c’est reparti ! On se recentre donc
on fléchit les jambes. La jambe gauche, on cherche à la faire sortir
de la neige à ce moment-là. Voilà, donc voilà, c’est la fin du virage
donc je m’arrête. On retrouve tous ces phénomènes sur, tous
ces gestes techniques ici, hop, le reculé de pieds, là on le voit bien le reculé de
pieds, on rapproche les pieds, on attend le contact avec la neige, on résiste, la jambe
droite se fléchit, la jambe gauche, là, elle est vraiment au fond de la neige et là
hop, le virage est terminé, la neige s’est accumulée sous les skis. Et là, vite, vite, vite, on cherche à anticiper
le prochain virage. Donc là, on cherche à relever le pied gauche
et à le basculer et à le rapprocher. Là, on le voit bien se rapprocher de l’autre,
voilà. Et hop, et on continue. Là, les pieds sont écartés. Vous voyez, ça arrive quelque fois, mais
à vitesse normal, on ne le voit pas. Et hop, pareil, on allège le talon, on rapproche
les pieds, on fléchit la jambe intérieure, la jambe extérieure se tend un petit peu
plus, on résiste. Et enfin, un autre point très important,
je ne vais pas tout développer mais c’est avec le bâton. Et ce qui me paraît essentiel en poudreuse,
c’est une fois qu’on a tapé le bâton, donc là, on va y aller tranquillement, là,
on swing le bâton vers l’avant, vers le bas de la piste. Donc une fois que le bâton, hop, là, il
a tapé la neige, on ne va pas parler de planté parce que le planté, j’aime pas trop, ça
fait comme planter le bâton dans la neige, Alors que c’est absolument pas ça, c’est
vraiment le faire taper la neige, toucher le dessus de la neige et non pas l’enfoncer. Mais dès que c’est arrivé, on va laisser
la main pivoter comme ça pour ne pas qu’en la laissant rigide, elle se fasse embarquée
et nous fasse tourner les épaules. Alors c’est un point technique que j’ai
besoin de travailler. Donc c’est quelque chose de très important
et quelque fois, j’y arrive bien ou j’y pense, et d’autres fois, j’ai la main
qui a tendance un petit peut à redescendre, elle ne passe pas derrière mais elle redescend. Donc, pour l’instant, ce n’est pas automatique
que je pense à la garder devant en faisant ce mécanisme-là. Mais là, sur ce passage-là, je le fais bien. Donc là, vous voyez, la main gauche, voilà,
elle ne fait que pivoter pour laisser aller la pointe du bâton derrière moi. Donc, il n’y a pas trop d’effort à faire
parce qu’une fois qu’on a tapé la pointe du bâton, la vitesse et la neige va imprimer
ce mouvement tout seul pour juste laisser la main faire ça et ne pas descendre le bras. Voilà. Et là, ça nous permet de garder tout le
buste dans la bonne direction et ne pas imprimer un mouvement de rotation. Voilà. Donc voilà pour les 5 gestes techniques importantes
donc je résume. Geste numéro 1 : allègement et bascule des
pieds, donc du pied intérieur. Geste numéro 2 : rapprochement des pieds. Geste numéro 3 : le reculé des pieds, donc
le fait de se recentrer. Geste numéro 4 : résister au lieu de pousser
la neige avec ses jambes. Geste numéro 5 : avec le bâton, pensez à
pointer le bâton vers le bas de la piste et dès que la rondelle touche la neige, pivotez
la main, pensez à pivoter la main et non pas laisser tomber la main ou la laisser partir
derrière comme moi. Et voilà. Donc avec tout ça, vous devriez avoir une
bonne base pour progresser en ski de poudreuse. Donc merci d’avoir suivi cette vidéo. Si elle vous a plu, donc comme d’habitude,
j’ai besoin de votre feedback donc vous cliquez sur j’aime ou vous me laissez un
commentaire ; si elle ne vous a pas plu, vous cliquez sur je n’aime pas. Donc merci,
À plus tard ! Bye bye !

15 thoughts on “Comment BIEN SKIER dans la POUDREUSE : 5 conseils techniques analysés et commentés

  1. Bonjour, il a 2 mois je me suis fais mal à la cheville, et aujourd'hui j'ai encore un peu mal lors que je fais de grosses extensions, mais en marchant ou sautillant, pas de soucis. D'après vous, si je vais au ski dans 3 semaines, je pourrais skier et profiter sans problème, ou bien le ski sollicite bcp la cheville ?

  2. Génial, le truc de reculer les pieds pour corriger ses appuis quand on part à cul ! 
    En y réfléchissant, comme on a tous entendu, descend sur tes appuis, tire tes bras en avant, on a parfois tendance à se retrouver fléchi, les bras vers l'avant, mais avec le bassin qui part en arrière donc "à cul".
    J'ai hâte de pouvoir tester l'efficacité, mais ça semble logique, car par exemple pour se lever sans effort d'une chaise, on à intérêt à commencer à reculer ses pieds avant de chercher à se lever, c'est une question d'équilibre, alors à ski ça doit faire pareil.

  3. Génial cette vidéo. Pour l'instant je me plante à chaque virage alors que sur piste tassée, je fais ce que je veux. Mais je vais bosser ….

  4. finalement avec les skis de maintenant genre Cham 97, larges un peu taillés on skie un peu comme le stem des années 50, mais très discrètement, en plus le rocker absorbe la vague de poudreuse et tout va bien, jusqu'au moment où on tombe sur de la neige croûtée où le rocker ne peut plus travailler !!!! J'aime bien la technique du regretté Remy Lecluse https://www.youtube.com/watch?v=_E2wBno6kpU
    où le planté du bâton extérieur permet de réaliser le changement de poids facilement, mais je n’atteindrais jamais son niveau…..

  5. Bonjour,
    Désolé de casser un peu l'ambiance, mais je constate que les commentaires enthousiastes sont le fait de skieurs plutôt débutants n'ayant pas les bases techniques suffisantes pour juger de l'efficacité des techniques conseillées.
    Etant pratiquant de hors-piste depuis plus de 30 ans, et moniteur hors-piste à la FFS, j'aimerais vous donner quelques conseils éprouvés en désaccord avec cette video.
    Premièrement, dans cette video, il y a visiblement juste une petite couche de poudreuse sur fond dur (on voit que les skis ne s'enfoncent presque pas dans la neige); Le skieur,avec un peu de vitesse, peut donc skier quasiment comme sur un piste damée.Dans ce cas, il peut donc comme il est dit, prendre un appui plus important sur le ski extérieur, ce qu'il ne faut SURTOUT PAS FAIRE EN NEIGE PROFONDE, parce que le tassement de la neige étant différent, on se met à "pédaler" lamentablement et se déséquilibrer( Vous n'avez jamais ressenti cela?). Laissez tomber aussi l'histoire du "reculé de pied", c'est peut-être? une impression visuelle, mais sûrement pas un geste technique.Sans entrer trop dans les détails il faut:
    – prendre appui sur les 2 pieds en même temps et les garder assez serrés( flexion )
    – la neige tassée, par sa résistance a tendance à renvoyer le skieur vers le haut, ce qui est l'effet recherché. Il faut alors profiter de l'allègement pour engager le corps dans le virage (extension pivotée), surtout sans se laisser mettre en recul par rapport au skis
    – pivoter progressivement les 2 skis en même temps de la valeur du rayon de virage souhaité, en gardant son équilibre (les bras assez écartés en avant aident bien)
    – en fin de virage, le tassement de la neige permet de reprendre un appui pour déclencher le virage suivant si on veut enchaîner de jolies courbes…
    – dernier conseil: pratiquer beaucoup, il faut du temps pour tout harmoniser !
    Bon ski 🙂

  6. Je découvre tes videos Mogan. Bravo, et toutes nous offrent de très très bonnes explications et surtout très "parlantes", très applicables par tous, de l'intermédiaire au très bon (on est jamais assez "très bon") skieur. Merci.

  7. abberation de skier avec 1 seule baton ! lol ! c'est vraiment une video d'intello ! vaut mieux aller skier au lieu de l 'ecouter causer le monchu !

  8. Aie aie aie quand je vois un skieur dans la powpow j'ai envie de leur dire : rangez vos skis et faites du monoski , engin par excellence dans la poudreuse…

  9. J'adore toute tes vidéos, sur piste t'as rien a envier a un mono esf et tes conseils sont précieux, mais je pense pas que le reculé de pied soit une vraie technique, ça va plus perturbé qu'autre chose. En poudreuse, bien en avant tend que tu coule pas ton ski ( avec certain ski obligé de se centrer un peu pour flotter ) mais pas en arriere. Ski serrer pour augmenter la surface en contact avec la neige et mieux flotter, repartition du poids 50/50 on tourne sur le rebond et avec le bassin dans une poudreuse profonde on peut même un peu sauter pour rester a flot, après les skis freeride recent ont tendance a très bien déjauger sans trop d'effort.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *