COMMENT FAIRE DU SKATE GRACE À LA SCIENCE ?

COMMENT FAIRE DU SKATE GRACE À LA SCIENCE ?


Salut à tous ! Aujourd’hui on va parler de science et de skate (ça me plaît ça) ! Ok, cette vidéo euh, spéciale sur le skate elle est vraiment bah… spéciale pour le coup ! Spéciale pour beaucoup de raisons, la première c’est que bon, si vous me suivez sur les réseaux genre Twitter, Instagram etc… bah vous savez que je fais du skate parce que je poste souvent des petites stories, des petites photos de mes sessions etc… Et spéciale aussi parce que tout simplement, le skate c’est clairement une de mes passions depuis très longtemps, depuis tout petit ! On peut le dire hein ! Tiens, écoutez ce que me disait ma mère quand j’avais genre… deux ans et demi : Ouais bon, forcément à deux ans et demi euh… c’est un peu compliqué quoi… un tout p’tit peu ! Nan mais je suis vraiment hyper content de pouvoir vous en parler aujourd’hui, d’un point de vue scientifique mais cette vidéo elle est encore plus spéciale parce qu’elle me permet vraiment de vous parler d’un truc en fait, un truc que, que je mijote euh tranquillement dans l’ombre dans mon coin depuis genre euh… six mois/un an. Aujourd’hui cette vidéo même signe le lancement de ma marque de planches de skate ! Oh bordel, ça y est je l’ai dit ! Vous êtes au courant ! C’est fou ! Je sors ma marque de skate, je suis HYPER content de pouvoir enfin vous parler de ça. Elle est dispo tout de suite, maintenant, c’est le jour j. La marque s’appelle Symbiose. Symbiose c’est le nom de la marque. Symbiose parce que, bah en fait j’aime bien l’idée du mélange de plusieurs univers et c’est ça en fait !
À la base, la symbiose : plusieurs ambiances en fait pour former un tout, pour former une association, pour former un contact, quelque chose qui fonctionne. Et c’est ce que j’essaye en fait de retranscrire dans la marque et dans la planche de skate. Yes ! J’suis content ! Le ninja, éclairé par la lueur de la lune, petit ciel étoilé, une comète, la ville… Symbiose. Boum ! Ah ! Alors je dis LA planche, oui parce qu’en fait il n’y a pour l’instant qu’un modèle et c’est totalement normal, c’est quelque chose de voulu et en plus de ça c’est une édition limitée, c’est à dire qu’il n’y en a pas beaucoup non plus de disponibles. Donc euh, si vous voulez vous procurer une planche Symbiose, j’vous invite à aller sur le site SymbioseSkateboard.com hein ! Également c’est une marque de planches hein, c’est important ! C’est pas un skate entier, c’est à dire qu’on ne vend que le dec, que la planche et le grip mais bon, d’toute façon les connaisseurs comprendront hein, quand on fait du skate, on aime bien avoir son petit setup personnel hein, son assemblage personnalisé. Les trucks, les roues, la visserie etc… Symbiose c’est que la planche. Maintenant voilà, vous pouvez rajouter du Symbiose dans votre setup, C’est fou ! En revanche, on lance une “collection” de planches hein, tu vois c’est à dire que dans environ deux mois, il y aura le modèle numéro deux à sortir sur le site. Et d’ailleurs niveau design, c’est la continuité de la planche numéro un, c’est-à-dire qu’il y aura une espèce de suite logique, une espèce d’histoire au sein de toutes les planches de la collection. Et le skate… c’est fou. Ça s’accroche à toi un jour et ça restera toujours en toi quelque part, mais aujourd’hui, pouvoir vraiment me lancer là dedans c’est vraiment… un kiff personnel, c’est tout. Ah oui, et surtout, si vous vous procurez une planche Symbiose, n’hésitez surtout pas à m’envoyer des petits clips de vous en train de skater la planche hein ! Vous mentionnez @symbioseskateboard ou @docnozman sur Insta, balancez vos meilleurs tricks hein et moi je republierai tout ça dans les stories, en vous mentionnant etc, hein on fait ça bien ! Elles sont de super bonne qualité en plus de ça, c’est du bois d’érable nord canadien issu de forêts durables. Elles sont ensuite pressés en France, bref, assez parlé de ça : SymbioseSkateboard.com Alors à côté de ça, vous allez peut-être trouver ça bizarre que je parle d’un sport sur une chaîne de science, mais en fait c’est finalement pas si étonnant que ça quand on creuse un p’tit peu parce que lier le skate et la science, bah c’est pas bien compliqué en fait hein ! Non non, c’est même hyper lié ! C’est peut-être même l’un des sports où les lois de la physique sont les plus mises à l’épreuve ! Sans vouloir euh, dénigrer les autres sports hein, non non ! N’vous enflammez pas là, je vous vois venir, vous enflammez pas ! Refroidissez ! Mais, rien qu’en analysant le mouvement de base du skate, c’est à dire le “ollie”, donc un simple saut en fait, on peut se rendre compte facilement de tous les facteurs qui rentrent en compte dans sa réalisation. Parce que, ça semble tellement simple de… sauter en skate quand on le voit en vidéo, comme ça : Mouais, facile. Mais en vrai ça peut prendre des semaines, des mois, peut-être même des années avant de maîtriser le ollie correctement quoi ! de loooongues, longues, longues, longues heures de pratique. Notamment parce qu’en fait il faut comprendre plusieurs trucs avant de se lancer. Un saut classique, sans planche, c’est quoi en fait ? Tu fléchis les jambes puis tu les tends d’un coup pour pousser sur le sol et décoller. Oui, pousser le sol haha,
c’est carrément ça en fait. Sauf que, non en fait, c’est pas si simple. Parce que ça implique la Troisième Loi de Newton, aka le principe “d’action/réaction”, qui indique que : “les actions de deux corps l’un sur l’autre sont toujours égales et de sens contraires” ce qui veut dire en gros, que en appliquant une force sur le sol, celui-ci renvoie une force équivalente et opposée en retour. Te permettant de… décoller dans les airs. C’est en partie le même principe que… qu’avec ça, vous vous souvenez ? Yes. Le truc, c’est que quand t’es sur un skate et que tu veux faire un ollie, il faut non seulement que toi tu puisses décoller mais… le skate aussi hein ! Il faut donc que la planche applique elle-même, aussi, une force sur le sol afin qu’elles puisse… décoller. Bah ouais parce que sinon tu vas juste décoller tout seul au dessus de ta planche comme un… euh, comme un con quoi ! Bon, du coup pour la faire décoller, il faut tendre sa jambe arrière, tout en gardant la jambe avant un p’tit peu fléchie. Un p’tit peu comme si je faisais un bond en avant, en se servant d’une seule jambe finalement ! Tu vois l’idée. Et ça afin que l’arrière de ta planche vienne taper sur le sol. Tac ! Si tu gères bien, toi et ta planche allez vous retrouver propulsés dans les airs, parce que comme je viens de le dire, quand l’arrière de ta planche va taper sur le sol, dans cette direction, le sol va lui renvoyer une force dans le sens opposé : dans cette direction. Action, réaction, physique, science. Sauf que ça haha, c’est uniquement la première étape de la réalisation d’un saut en skate en fait. N’ayez pas peur hein ça… ça va. Maintenant c’est au tour de son autre jambe en fait de travailler un p’tit peu, et ça via la friction. T’as d’jà sans doute remarqué que sur un skate, y’a ce qu’on appelle un “grip”, bah ce grip il accroche bien… normalement. Et en faisant glisser ton pied avant le long de la planche, tu vas l’envoyer en fait encore plus haut dans les airs et bim, tu peux alors atteindre une hauteur maximale. C’est donc un combat de synchronisation entre plusieurs phénomènes assez dingues : la jambe arrière qui appuie, le tail de la planche qui tape le sol, le sol qui renvoie une force vers le haut, à peu près en même temps que la jambe arrière qui appuie, la jambe avant fait l’inverse et se lève pour frotter le skate afin de l’envoyer encore plus dans les airs. Ouaw ! Après, bah c’est la gravité qui fait le reste du taf : tu retombes, tout simplement. Apprendre à maîtriser un ollie ça peut prendre du temps, mais une fois que c’est fait, t’as vraiment tout un tas de possibilités qui s’offrent à toi. En faisant par exemple légèrement glisser ton pied avant vers l’extérieur, au moment du décollage/frottement, tu vas pouvoir faire tourner la planche dans son axe de longueur. Ici et là, clac ! L’idée c’est de lui faire faire un tour complet… tac, avant d’atterrir ! Et ça, c’est ce qu’on appelle un “kick flip”. Si au moment de l’impulsion, tu pousses ta planche vers l’intérieur, avec ton pied arrière, Tac ! Celle-ci va alors pouvoir tourner sur elle-même, à l’horizontale et ça c’est ce qu’on appelle un “shove it”. Ces figures-là, à la limite niveau science, niveau physique… ça va, tranquille hein, vraiment. C’est des axes de rotation assez logiques pour la planche. Disons que bon, elle aime bien tourner dans ces sens là : kick flip : pas de souci, shove it : pas de souci. Mais je vais surtout vous parler d’un truc en fait. Alors, restons dans les rotations, hein si ta planche fait un tour entier, c’est donc un “360 shove it”, 360 degrés. Si tu rajoutes un kick flip à ton 360 shove it, c’est donc un “3-6 flip”, aussi appelé “tré flip” dans le jargon, bon ! Ça fait mal au crâne hein et pourtant là je ne fais qu’effleurer hein, vraiment toutes les possibilités en skate. Tac, petit effleurage… Un 3-6 flip encore une fois, même si sa combine donc un tour complet, donc un 360° plus en même temps un kick flip, ça reste quand même physiquement… plutôt simple en fait, dans le sens où… Dans le sens où c’est plus ou moins naturel pour la planche d’adopter cette rotation. C’est physiquement simple, ok, mais quand même euh, plutôt compliqué à exécuter comme figure quoi hein, je dis pas que c’est hyper facile à faire. En voilà un, c’est cadeau : Ok, mais par contre, si on veut partir sur un truc beaucoup moins marrant physiquement, à faire en skate, il y a par exemple une figure qu’on appelle le “monster flip”. Ça pour le coup, on est sur un mouvement beaucoup plus technique, physiquement, à exécuter. Un monster flip c’est une rotation à 360° de ta planche, non pas dans ce sens là comme un kick flip, non pas dans ce sens là comme un 3-6 shove it, mais bien dans ce sens là. Voilà… Pac ! Et l’idée en fait c’est que ce soit le plus droit possible hein, et c’est ça le problème. C’est extrêmement technique, physiquement, pour le skate, d’arriver à un résultat stable. Pourquoi ? Parce qu’on rentre en fait en plein dans les phénomènes physiques d’axes de rotation. En fait, ton skate, il a trois axes de rotation, comme euh, plein d’autres trucs hein comme euh, ton téléphone par exemple ! Le premier, c’est celui ci : l’axe du kick flip on va dire, il est très stable, c’est pas très compliqué de faire tourner la planche dans cet axe, il a un petit moment d’inertie parce que la répartition de la masse est proche de l’axe de rotation… T’sais, un p’tit peu comme les patineurs artistiques, qui rapprochent leurs bras, pour tourner hyper vite : petit moment d’inertie. Le deuxième, c’est cet axe là : Tac, ça tourne autour de cet axe (shove it etc…). Celui-là est encore plutôt stable hein, il maximise le moment d’inertie. Et le troisième, c’est celui là : l’axe de rotation du monster flip. Et là, la position est tellement peu stable, que c’est hyper compliqué de faire un tour complet sans que la planche ne se retourne. Vraiment, c’est très très complexe hein. Tiens d’ailleurs, essayez tout simplement avec votre téléphone hein, vous allez comprendre. Axe du kick flip : ça tourne très bien, axe du shove it : ça tourne sans problème hein, voilà. Par contre, axe du monster flip : c’est quasiment impossible de faire un tour complet, sans que le téléphone ne se retourne. Voilà, très très dur ! Non, j’arrive pas… J’suis sûr en plus que vous vous étiez déjà demandé pourquoi c’était presque impossible de faire tourner un téléphone dans ce sens là. Eh ben voilà ! Axe extrêmement instable, gros gros gros gros moment d’inertie, comme un monster flip. Analyser des figures de skate avec la science, c’est clairement possible pour euh, tout un tas d’autres figures donc… pourquoi pas un autre épisode hein ? Vous voyez un p’tit peu la science derrière le skate maintenant hein. C’est cool hein quand même hein ? Et c’était surtout ça que je voulais aborder avec vous. Bon, du coup pour supporter toute cette violence extrême (j’en rajoute un p’tit peu, bon), il faut bien sûr que ta planche puisse tenir le coup. Les decks, comme on les appelle, comme par exemple… cette magnifiques planche Symbiose… sont généralement faits en bois d’érable de bonne qualité, même s’il en existe en fibre de verre, en aluminium, en carbone… ‘fin bref ! Le bois est coupé en feuilles assez fines appelées “plis”, qui sont ensuite assemblées par plaquage, un p’tit peu à la manière du contreplaqué. On fait ça ensuite à l’aide d’une colle à base d’eau. Chaque deck de skate est constitué d’un assemblage de sept couches d’érable. Regardez, ici, paf : sept couches. Pas mal ! Qu’on met ensuite dans un moule, à l’intérieur d’une presse hydraulique qui vient donc euh… écraser tout ça sous 44 tonnes de pression hein, cette planche a vécu euh… 44 tonnes de pression. C’est ce qui va permettre de former la planche, de lui donner un nose, un tail, une concave… si t’es pas méga fort en anglais, euh, le nose, c’est le nez du skate… et le tail, c’est la queue du skate. Et la concave, c’est la partie incurvée, là justement, qui va permettre d’exécuter tout un tas de cabrioles euh… assez folles. C’est donc ce moulage, en fait, qui permettra de faire tout un tas de différents tricks. En observant, justement, des rebords comme levier. Principe du levier, physique, science. On apprécie. Ah j’peux pas m’en empêcher hein, c’est fou ! Après, c’est bien évidemment de longues longues longues heures de pratique qui vous attendent mais c’est génial hein ! C’est tellement fantastique le sentiment après avoir rentré une nouvelle figure, c’est fou. On pourrait encore en parler pendant pas mal de temps, mais pour cette fois ci, sur la science et le skate on va en rester là. Peut-être que je ferai un épisode 2. Parce qu’il y a encore plein de trucs à dire, c’est sûr ! Vraiment super content, encore une fois, de démarrer l’aventure Symbiose, allez checker le site web via les réseaux Instagram, Twitter… @SymbioseSkateboard, voilà allez suivre tout ça… bref ! N’hésitez pas à partager, à mettre un petit pouce en l’air si vous avez apprécié et comme d’habitude, vous pouvez vous abonner en cliquant juste ici. Merci à tous pour votre soutien, d’être toujours aussi présents, j’vous kiss, comme d’habitude et moi je vous dis à très bientôt, à la prochaine car la science n’attend pas ! Salut !

100 thoughts on “COMMENT FAIRE DU SKATE GRACE À LA SCIENCE ?

  1. Se desing me faire clairement penser a itachi uchiwa dans naruto au moment ou sasuke rentre de lecole avant de retrouver sa famille tuee par itachi haha

  2. Je ne sais pas comment je fais mais je suis capable de faire kickflip mais je ne suis pas capable de faire holie

  3. Ca donne envie de reprendre !! Rider Land de Joué début des 2000's sur une Powell Mini Logo, la belle époque !!

  4. J'imagine que ce commentaire va se perdre dans la masse, mais j'ai pas pu m'empêcher de remarquer une sévère similitude entre ta vidéo et celle d'une youtubeuse ayant posté quasiment la même, mais 2 semaines avant toi… Je laisse ça la "Physics girl".

  5. perso sa fait bientôt 6mois que je suis sur le Olli et jy arrive tjrs pas
    je sais très bien rouler descendre des pentes
    et je sais faire un seul tricks c'est le : casper tall (oui c'est pas ouf)
    bref quelqu' un a une astuce

  6. Stp Nozman est ce que tu peux nous faire une video explicative de la longboard stp y en a vrmt peu sur le youtube game et ca sera vrmt génial si tu nous en parles
    merci d'avance.
    Ton fan.

  7. Hello! Merci pour ces explications ! C'est très intéressant !
    J'avais vu une vidéo de Rodney Mullen et d'une scientifique qui explique cette même physique mais ça m'est plus clair en français 😀 lol
    Je reste à l'affût d'une suite

  8. 4'30 : FAUX….
    "Le tale en tapant le sol fait soulever la planche par réaction"…. vaut mieux entendre ça que d'être sourd…
    Est ce que le fait d'appuyer sur le tale, avec comme point d’appuis les 2 roues arrières, ne créerait pas un moment de force (rotation), qui donne donc de l'énergie cinétique à l'avant de la planche…. moment cinétique qui par l'intermédiaire du pied avant, "canalise" le mouvement, le transformant en énergie potentielle…. et donc l'avant monte en hauteur, suivi par l'arrière…
    La "réaction" du sol se fait sur les roues arrière… pas sur le tale… d'ailleurs, tu peux faire un ollie sans que la planche ne touche le sol…

    Bref : "Comment faire du skate grâce à la science"…. y'aurait fallu faire plus de science que de skate on dirait….

  9. Je fais du tennis et une fois j'ai réussi à la jeter en l'air en axe de monster flip et j'ai réussi j'étais choqué jai jamais reréussi

  10. Je confirme, le sentiment que tu ressent quand tu rentre un nouveaux trix (pour moi c'est un varial flip en ce moment ça fait 5 mois que je fait du skate) il est intense ce sentiment et si tu fait pas de skate tu peux pas comprendre

  11. J’arrive pas à faire le hollie en même temps je viens de savoir grâce à la vidéo qu’il faut taper l’arrière du skate

  12. 2:24 et le surf, c’est encore pire… après une semaine sans aller à l’eau ça commence déjà à te manquer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *